Skip to content

Dans le feu de l’action (Flash Point: Fire Rescue)

septembre 27, 2015

Quatrième de couverture

Le téléphone sonne… « 911, j’écoute. » À l’autre bout de la ligne, une voix paniqué : « Y’a le feu ! » Quelques instant après, vous revêtez la combinaison protectrice qui vous aidera à rester en vie, vous attrapez votre équipement et vous accourez vers la scène du drame, un brasier infernal. Vous devez gérer votre peur, ne jamais baisser les bras, et avant tout travailler en équipe car le feu fait rage, le bâtiment menace de s’écrouler et des vies sont en danger.

Présentation du jeu

Une chouette partie d’un jeu coopératif la semaine passée m’a fait réalisé que je n’avais pas encore fait de billet à propos de Flash Point: Fire Rescue. La boîte de base contient 2 versions : une version familiale qui permet de jouer avec des enfants et une version pour joueurs expérimentés avec différents niveaux de difficulté. Je n’ai joué qu’à la version expérimentée. Le plateau de jeu est le plan d’une habitation et est réversible : d’un côté il y a 4 entrées, de l’autre seulement deux.

Plateau de jeu

Plateau, côté face.

Vous jouez le rôle d’un ou plusieurs pompiers et votre mission est de sauver au moins 7 des 10 victimes dans le bâtiment en flamme. A chaque tour de jeu, vous commencez par effectuer une série d’actions : se déplacer, éteindre des flammes, secourir des victimes, utiliser le camion ou l’ambulance,… Ensuite vous propagez l’incendie de façon aléatoire : en jetant 2 dés, vous déterminez l’endroit où le feu va reprendre en intensité : juste de la fumée, une explosion de produits inflammables, embrasement (Flashover) ou gain d’intensité (Flare up). Des murs cèdent, des pompiers peuvent tomber inconscients, des victimes peuvent périr.

Partie en cours

Partie en cours

Certains reprochent au jeu l’apparition aléatoire du feu ou des victimes. Cela ne me pose pas de problème pour 2 raisons :

  1. le jeu met en évidence les sources de feu ou de fumée mais j’imagine que des pièces entières peuvent être emplies de fumée rendant les victimes peut visibles. De même, les pièces sont présentées comme vides mais des victimes pourraient être derrière un meuble ou sous une table et qu’on ne les voit pas en passant dans la pièce
  2. le jeu ne rend pas la chaleur qui règne dans le bâtiment. Cette chaleur fait que le feu peut apparaître n’importe où, dès qu’un objet a atteint son point d’inflammation. Le feu peut également circuler dans les sols, les plafonds ou les murs.

L’intérêt principal reste l’aspect collaboratif, planifier vos actions en fonction des autres joueurs. Par rapport à Pandémie, il y a beaucoup plus d’actions différentes possibles que vous pouvez réaliser en tant que pompier et il est même possible de changer de rôle : ingénieur, secouriste, spécialiste de produits inflammables, sauveteur, commandant,… Deuxième grande différence : les points d’action que vous n’avez pas utilisé un tour sont utilisables aux tours suivants. Dès lors, s’arrêter pour voir comment évolue la situation quand vous n’avez rien d’urgent à faire s’avère une stratégie très efficace. Ensuite, les règles sont très simples : je n’ai jamais vu un livret de règle aussi fin, même avec toutes les extensions. C’est facile et amusant à jouer. Enfin, je me suis senti beaucoup plus pompier que luttant contre 4/5 épidémies dans ce genre : l’immersion thématique est totale.

Les extensions

En français, le jeu a été rebaptisé « 18 – Soldats du feu » et seule la boîte de base est disponible. Personnellement, j’ai opté pour le jeu en anglais afin d’avoir la possibilité d’utiliser les extensions. Les règles sont disponibles en français et seules pièces la description des rôles qui sont traduites sur les aides. Toutes les autres pièces de jeu sont illustrées et ne comportent pas de texte.

Mes extensions favorites sont

  • 2nd Story : avec un second étage, le feu se propage en 3 dimensions par les escaliers mais les pompiers aussi grâce à la grande échelle du camion ou de la plateforme élévatrice. La boîte comporte en outre des marqueurs d’action et un marqueur d’explosion bien pratiques.
  • Extreme Danger : combinée avec 2nd story, il est possible de créer 4 nouvelles combinaisons de nouveaux bâtiments en plus des 4 nouveaux plateaux d’extreme danger. En outre, le jeu comporte une figurine spécifique pour chaque rôle et l’ajout des échelles portables, des fenêtres que l’on casse pour rentrer ou sortir et des explosions qui endommagent sol et plafond.
  • Urban Structures : juste pour l’ajout du rôle du pompier ingénieur-structure qui peut retirer des HotSpot et réparer des murs endommagés. Mais il y a également de nouveaux plateaux de jeu.

Liens

En conclusion

Bien entendu je vous conseille de commencer avec la version de base. Avec de nouveaux joueurs, proposez la version famille. S’ils adhèrent, ajouter la version « expérimentés » avec la possibilité d’intégrer crescendo les véhicules. Ensuite, si les joueurs suivent, 2nd story et extreme danger me semblent être les extensions à acquérir en premier.

Flash Point, Fire Rescue est un jeu créé par Kevin Lanzing, illustré par Luis Francisco et George Patsouras, et édité par Indie Boards & Cards. Elle se joue de 1 à 6 joueurs à partir de 10 ans.

Publicités
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :